Tag Archives: jardin des plantes

De quoi ?

Reconstruire une passerelle entre l’histoire et le présent

Un lien historique s’est rompu, la passerelle du Jardin de la Reine n’est plus.

Dans la nuit du 15 au 16 juillet, les services de la ville ont fait procéder à l’enlèvement de la passerelle du Faubourg Saint Jaumes, qui reliait historiquement le Jardin des Plantes et le Jardin de la Reine, par le bâtiment de la « Vieille Intendance ».

passerelle03

Outre l’état délabré et dangereux de la passerelle, cette décision est, paradoxalement, la conséquence de la première victoire de l’association de sauvegarde du Jardin de la Reine et de la vieille Intendance. En faisant racheter le Jardin de la Reine par la ville de Montpellier, la mobilisation citoyenne a conduit l’administration des domaines, en charge de vendre les deux biens de l’État, à scinder ce qui n’était qu’un seul lot, et à imposer à l’acheteur du Jardin l’enlèvement de la passerelle qui les reliait.

Parce que le bâtiment de la vieille Intendance est toujours en vente. L’État n’a pas abandonné l’idée de brader ce patrimoine historique.

Pourtant, ce bâtiment est d’une importance patrimoniale claire pour la ville et l’université. Il est, historiquement, le bâtiment de direction du Jardin des Plantes, le plus ancien jardin botanique de France, le lieu où tant d’innovations médicales et botaniques ont pu voir le jour, et faire de Montpellier une grande ville universitaire, et une grande place de l’histoire de la médecine.

La passerelle symbolisait le lien entre les deux parties de ce qui n’était qu’un même ensemble durant des siècles, en même temps qu’elle reliait deux jardins aux ambitions différentes, le Jardin des Plantes, lieu de recherche médicale et botanique, et le Jardin de la Reine, lieu d’expérimentation pour les fondateurs du Jardin des Plantes. C’est là que Richer de Belleval a conçu sa première « montagne » artificielle, testant la possibilité d’un écosystème équilibré et productif, fondant les principes de ce que l’on appellera des siècles plus tard l’agroécologie, l’agroforesterie, la permaculture, disciplines redécouvertes notamment dans le pôle agronomique montpelliérain, l’un des plus importants pôles de recherche mondiaux en agronomie, l’un des fers de lance de l’économie montpelliéraine actuelle.

La passerelle, lien symbolique, était aussi un pont entre l’histoire de la recherche montpelliéraine, son présent, et son avenir.

L’association de sauvegarde du Jardin de la Reine mettra tout en œuvre pour que le bâtiment de la Vieille Intendance ne soit pas vendu à des investisseurs privés, mais reste dans le giron public. Elle travaille à convaincre les collectivités et les universités de la pertinence d’un projet de réhabilitation qui conserve le périmètre historique du Jardin des Plantes, et qui soit le lieu où s’articule la recherche, la pédagogie, et la sensibilisation du public le plus large sur le colossal patrimoine montpelliérain en matière de recherche botanique et médicale, et son importance capitale pour l’avenir de la ville comme de la science. Ce bâtiment est au cœur de l’histoire de la Ville et de son identité.

L’association lancera en septembre une initiative citoyenne pour sauver la « Vieille Intendance ». Et lorsque nous aurons gagné ce combat, nous ferons reconstruire la passerelle. Promis.

La passerelle avant et après

 Rue du Faubourg Saint Jaumes, avant et après l’enlèvement de la passerelle.

De quoi ?

Le Jardin de la Reine, ou la braderie du patrimoine

2013-05-31 11.30.22-2

C’est une histoire d’une banalité crasse. L’État a besoin d’argent. L’État vend. Et surtout en région. Vous vous en souvenez ? Le slogan des années 2000, c’était : « l’État en région, une autre dimension ». Aujourd’hui, après les rounds de décentralisation et la RGPP, c’est plutôt « L’État en région, cinq directions croupions ». Alors l’Etat vend. Beaucoup. Il suffit d’aller sur le site de la « politique immobilière » de l’État pour le comprendre. (ici les ventes dans l’Hérault). Des bureaux, des propriétés, des terrains.

Parmi tous ces biens, l’État vend quelques bijoux. De famille.

Ou en tout cas, l’État essaye.

Il en est un qu’il va avoir du mal à vendre. C’est le Jardin de la Reine, et l’Intendance du Jardin des Plantes, à Montpellier. Il y a deux siècles, le Rectorat de Montpellier, profitant du chaos des 100 jours napoléoniens, s’est abusivement approprié ces parties historiques du Jardin des Plantes, pour y loger ses services, puis y loger le Recteur, et les cadres du Rectorat. Et le Jardin de la Reine ? C’était, dans l’idée de départ du concepteur du Jardin botanique, une extension, dont il ferait un potager, mais aussi un jardin de découverte pour le public. Las, l’accès en a été fermé aux scientifiques du Jardin des Plantes. Et le rectorat s’en est fait un Jardin d’agrément au seul bénéfice du recteur. L’affaire court depuis deux siècles.

Il y a quelques années, le rectorat avait envisagé de transformer une partie du Jardin en parking. Alertés par le bruit de la tronçonneuse, des riverains s’étaient mobilisés, et avaient averti commune et Drac. Deux protections s’étaient alors mises en œuvre. Un classement du Jardin en Espace Boisé Classé, ce qui empêche la construction sur la parcelle, et impose une autorisation communale pour tout abattage. Et ensuite, l’inscription du Jardin et Bâtiment de l’Intendance au titre des monuments historiques. Premier degré d’une conservation patrimoniale. Suffisante pour dire l’intérêt patrimonial, insuffisante pour empêcher la vente, et s’opposer à la transformation des biens.

Donc l’État vend. On aurait pu imaginer que, n’ayant plus l’utilité des lieux, le ministère de l’Éducation aurait rendu à l’Université le bien qu’elle avait usurpé deux siècles avant. Mais non. On vend. Mise à prix estimative, 2 Millions d’euros. Et ça intéresse des acheteurs, bien entendu. Un joli truc comme ça. Y’a du boulot pour le remettre en état, c’est sûr. Mais 1 200 m2 habitables, donnant sur le Jardin des Plantes, avec une passerelle de l’autre côté pour accéder à 4 500 m2 de jardin historique, ça peut faire un joli hôtel de charme en plein cœur de ville. Ou autre chose.

Monsieur le Recteur, Monsieur le Ministre de l’Education, Monsieur le Ministre des Finances, je préfère vous le dire tout de suite : cette vente ne se fera pas. Ne perdez pas votre temps. Une bande d’irréductibles, comme dit la presse, a décidé que ce jardin ne sortirait pas du domaine public, qu’au contraire, il redeviendrait un véritable bien public, ouvert, partagé, accueillant. Et la bande d’irréductibles grossit chaque jour. Non seulement nous nous battrons pour que le Jardin de la Reine soit un jardin des montpelliérains, mais nous nous battrons aussi pour que le bâtiment de l’Intendance, bâtiment historique du Jardin des Plantes, le plus ancien jardin botanique de France, reste dans le giron public, et que le périmètre historique du Jardin des Plantes soit conservé.

Une association s’est créée pour lutter contre cette dilapidation des richesses historiques et écologiques. La presse s’en fait largement l’écho. Un blog raconte l’histoire et racontera la mobilisation au fur et à mesure. Une pétition rassemble déjà des centaines de signatures en quelques jours. Signez-la ! Ce n’est pas seulement une question de principe, c’est une question de vivre ensemble.