Tag Archives: montpellier héritage frêche municipales 2014

De quoi ?

Les cartes rebattues, ou la grande zone d’incertitude montpelliéraine

L’héritage Frêche 1/6

LePresident012827

En ces temps de compétition interne au Parti Socialiste montpelliérain, la question de l’ « héritage » ne cesse d’être invoquée par les candidats, qu’ils soient en compétition dans la primaire interne ou dans une phase ultérieure. Et cette rhétorique n’est limitée ni aux frontières montpelliéraines, ni aux frontières partisanes. Qu’il soit revendiqué ou agité en épouvantail, invoqué pour s’en inspirer ou s’en départir, l’héritage reste omniprésent.

Mais de quoi parle-t-on ? La plupart du temps, il s’agit en réalité de ne pas invoquer l’héritage réel, mais son inspiration. Une supposée vision, un leadership, une capacité à faire ou à défaire, à batailler ou à tailler.

Pourtant ce qui se joue depuis des mois, et pour encore des mois, est tout autre. L’héritage dont il est question, mais dont on ne parle pas, n’est pas celui des idées ou des inspirations. C’est de l’héritage d’un système de pouvoir, dont on feint de ne pas parler.

Georges Frêche a construit sa domination politique et territoriale sur un système électoral, système dont la ville de Montpellier constitue le pilier sans lequel rien n’était possible.

Pour l’avoir observé, analysé, combattu durant de – très – longues années, je pense qu’il est plus que temps d’en faire le récit. De déconstruire le système, pour accéder ainsi à l’inventaire politique sans lequel rien ne changera.

Le parti, clé de voute du système

Pour asseoir sa domination sur la ville, G.F. a construit un système dont le parti socialiste est la pierre angulaire. Lieu de sélection, de filtrage, relais avec les autres systèmes de représentation.

Le parti socialiste montpelliérain n’est lui-même qu’un reflet de l’organisation sociale construite par Georges Frêche pour s’assurer la permanence du pouvoir sur la ville.

Mais sa maîtrise fut une nécessité dès le début du règne frêchiste. Dès le « coup d’État » raté de son premier adjoint Jean-Pierre Vignau, en 19791. Frêche va alors placer ses fidèles à la tête des sections montpelliéraines. Autant de sections que de cantons. Cette organisation cantonale n’a jamais été le reflet d’une priorité sur les objectifs départementaux. Des compétences départementales en milieu urbain, la plupart des militants n’en ont cure. Non, elle avait 3 grandes vertus. D’abord, empêcher toute discussion globale sur les politiques municipales. La section cantonale s’occupe de proximité. Le reste, c’est Frêche qui le gère, et il n’en discutait pas avec cette plèbe militante qu’il aimait tant caresser dans le sens du poil.  Jamais de réunions politiques qui les rassemblent pour évoquer des enjeux locaux, encore moins une coordination des sections montpelliéraines, ne serait-ce qu’une fois tous les 6 ans. Chacun vit et vote dans sa section. Cela permet une mise en concurrence sur les scores que chaque secrétaire de section amène à la fédération. « Combien tu pèses ? », c’est la grande question qui taraude le vassal à l’heure des comptes. Même lorsque Frêche était le seul candidat en lice à l’investiture, chacun avait à cœur de faire voter ses ouailles. Et de voter à leur place, s’il le fallait2. Enfin, dernière vertu de l’organisation cantonale, elle permit de rendre efficace une machine électorale aux visées annexes : faire élire un maximum de conseillers généraux urbains et frêchistes, de façon à « épurer » le Conseil général, bastion d’une résistance interne au PS.

Les sections montpelliéraines se sont donc développées, sous la houlette caporalisante de Robert Navarro. En 2008, le PS comptait ainsi 2355 adhérents avant le congrès national du PS (congrès de Reims). Et il y eut, lors de ce congrès, 1639 votants dans les sections montpelliéraines. Montpellier pèse alors à elle toute seule 1,25% du congrès national. Largement suffisant pour faire basculer une majorité nationale jusqu’au bout incertaine3. Et les militants PS représentent 1,7% de la population électorale montpelliéraine. Ce qui est proprement extraordinaire, quand la proportion nationale est de 0,5%4.

Parmi ces 2300 adhérents de 2008, beaucoup ont des liens directs avec le « pool » mairie de Montpellier. Le « pool », c’est l’ensemble des services directement sous l’emprise de Georges Frêche. Ce n’est pas seulement une facilité de langage, c’est une réalité, un ensemble coordonné par des réunions hebdomadaires de ses dirigeants. Un noyau dur constitué des DGS et directeurs de cabinet de la Ville et de l’intercommunalité, des DG de la SERM, de l’ex-OPAC aujourd’hui ACM, d’Enjoy. Et le cas échéant d’autres satellites. À ces emplois directs s’agrègent des dirigeants associatifs subventionnés, d’autres qui souhaitent intégrer l’un ou l’autre des cercles précédents, et, bien entendu, des véritables et sincères militants.

L’allégeance, le ressort de l’adhésion

À quelques très rares exceptions près, tout ce petit monde a prêté à un moment où un autre, allégeance à Georges Frêche. « À de très rares exceptions près », parce qu’effectivement rares ont été les individualités qui ont exprimé en interne d’autres horizons. Et encore moins qui soient allés à la bataille lors d’investitures aux élections. Ainsi, en 2007, une primaire interne fut organisée sur la 1ere circonscription de l’Hérault. C’était une première depuis de nombreuses années, à tel point qu’il fallut imposer un minimum de règles. Les autres circonscriptions montpelliéraines n’eurent, comme d’habitude, qu’à enregistrer pour la forme une candidature unique. Non qu’il n’y eut jamais plusieurs velléités avant chaque scrutin, mais elles se réglaient hors des débats des militants.

Mais 2007, c’est déjà la fin qui pointe. Le président du Conseil général a pris son autonomie, et certains conseillers généraux de Montpellier se rangent derrière lui plutôt que derrière Frêche. Ce dernier n’est plus maire, et même s’il règne encore numériquement sur le conseil municipal, certains anticipent l’émancipation d’Hélène Mandroux.

Et puis il y a le verbe. L’arme de Georges Frêche. Le verbe qui roule, captive, assassine et bannit. Le verbe qui s’émancipe de son locuteur, le verbe qui dérape. Le doute s’insinue chez les supporters. La peur que Frêche devienne sa propre machine à perdre. Et que toutes et tous finissent par perdre.

Six ans plus tard, la loyauté à la mémoire frêchiste n’est plus qu’une rhétorique. Hormis dans les phases de congrès, et leurs motions à géométrie variable, il n’y a jamais eu de véritables débats internes dans cette fédération. Et le clientélisme a été la règle. « Quand vous avez des pratiques vieilles de vingt ans, ce ne sont pas deux ans de mise sous tutelle qui vont tout changer », dit l’actuel 1er fédéral.

Vers qui vont aujourd’hui les anciennes fidélités ? Comment les militants fonctionnaires territoriaux se repositionnent-ils ? Et les anciennes clientèles ? Qui maîtrisent encore les cartes ? Quels sont les adhérents qui sont rescapés des très opaques toilettages de fichiers ? Pour la première fois depuis trente ans, le parti socialiste montpelliérain vit dans une zone d’incertitude élargie, une « conjoncture fluide », dans laquelle les repères s’effacent. Et dans cette conjoncture fluide, le Parti Socialiste n’est pas le seul touché. Toutes les forces politiques montpelliéraines sont affectées par cette perte des « contraintes habituelles », par cette « période d’interdépendance tactique élargie »5.

Et cette crise politique n’en est qu’à son début. La compétition interne au Parti socialiste, même élargie aux candidats ne participant pas à la primaire, ne mettra pas fin à cette période d’incertitude. L’électorat lui-même en sera le prochain théâtre. (suite au prochain numéro, donc).

Illustration : une image du très beau film d’Yves Jeuland, Le Président. ©2010, la Générale de Production

 


  1. Celles et ceux que cette histoire intéresse au point de la creuser pourront se reporter en premier lieu sur les travaux d’Olivier Dedieu, notamment Les notables en Campagne : luttes et pouvoirs dans la fédération socialiste de l’Hérault  

  2. Un secrétaire de section m’a ainsi un jour avoué qu’il avait voté à ma place pour ne pas qu’on voit que je m’étais abstenu de voter pour l’unique candidat à l’investiture. 

  3. L’élection de la première secrétaire nationale se jouera cette année-là à 110 voix près 

  4. 233000 adhérents en 2008, pour 44 millions d’électeurs. 

  5. Une conjoncture fluide, pour reprendre les mots de Michel Dobry : Sociologie des crises politiquesUn aperçu de cette littérature que j’admets être aride.